27

Appel à propositions

I. Informations générales

L’Alliance of Digital Humanities Organizations (ADHO) lance un appel à propositions pour son colloque annuel, sur tout aspect des humanités numériques. Cet appel concerne notamment, mais non exclusivement :

  • les recherches en sciences humaines et sociales rendues possibles par les médias numériques, la fouille de données, les software studies ou l’information design et la modélisation ;
  • les aspects sociaux et institutionnels des humanités numériques, ainsi que leur rapport à la mondialisation, au multilinguisme et au multiculturalisme ;
  • les applications de l’informatique à l’étude de la littérature, à la linguistique, aux cultural studies et à l’histoire, domaines où l’on inclura la littérature électronique, les public humanities et les aspects interdisciplinaires de la recherche contemporaine ;
  • la stylistique et la philologie quantitatives, y compris les études liées aux big data et à la fouille de texte ;
  • les arts numériques, l’architecture, la musique, le cinéma, le théâtre, les nouveaux médias, les jeux vidéo, ainsi que l’ensemble des domaines connexes à ceux-ci ;
  • les technologies émergentes telles que l’impression 3D, les ordinateurs monocartes, les technologies portables (wearable devices), en tant que ces technologies sont appliquées à la recherche en sciences humaines et sociales ;
  • la création et la gestion (curation) de ressources en humanités numériques ;
  • les humanités numériques dans la pédagogie et les formations universitaires.

Pour le colloque de 2016, nous prêterons une attention particulière aux contributions considérant les aspects sociaux et institutionnels des humanités numériques, ainsi que leur rapport à la mondialisation, au multilinguisme et au multiculturalisme ; nous encourageons également à soumettre des propositions concernant les méthodes quantitatives et statistiques d’analyse des textes ou bien liées à des travaux interdisciplinaires et à des orientations récentes du champ.

Les présentations peuvent prendre les formes suivantes :

  • posters (résumés de 750 mots au plus) ;
  • présentations courtes, ou « short papers » (résumés de 1.500 mots au plus) ;
  • présentations longues, ou « long papers » (résumés de 1.500 mots au plus) ;
  • séances multiples, parmi lesquelles des tables rondes, ou « panels » (résumés individuels comme ci-dessus + présentation générale de 500 mots environ) ;
  • ateliers (« workshops ») et séances d’initiation (« tutorials ») organisés avant le colloque (propositions de 1.500 mots au plus).

La date limite pour soumettre au comité international de programmation les propositions de posters, de présentations courtes, de présentations longues et de séances multiples est le 1er novembre 2015, à minuit GMT. Les participants seront informés de la sélection de leur proposition au plus tard le 7 février 2016.

Les propositions d’ateliers et de séances d’initiation doivent être soumises avant le 14 février 2016, à minuit GMT ; leur sélection sera annoncée au plus tard le 7 mars 2016.

Pour DH2016, des ateliers soutenus par un groupe d’intérêt spécial (SIG) peuvent être proposés jusqu’au 15 janvier 2016, à minuit GMT ; leur sélection sera annoncée au plus tard le 30 janvier 2016.

Vous trouverez un lien vers le système de soumission des résumés sur le site du colloque : https://www.conftool.pro/dh2016. Veuillez consulter le site pour vous tenir informés. Les personnes ayant déjà participé au colloque Digital Humanities ou au processus d’évaluation des présentations doivent utiliser le compte qu’elles possèdent, plutôt que d’en créer un nouveau. Si vous avez oublié votre identifiant ou votre mot de passe, veuillez contacter le président du comité de programmation, Manfred Thaller <manfred.thaller@uni-koeln.de>.

Afin de rendre plus aisée la réalisation des actes du colloque, les auteurs des présentations sélectionnées auront à soumettre une version définitive de leur résumé au moyen de l’outil en ligne DHConvalidator.

II. Types de propositions

Les propositions peuvent être de cinq types différents : (1) posters ; (2) présentations courtes ; (3) présentations longues ; (4) séances multiples regroupant trois présentations ou proposant une table ronde ; (5) ateliers et séances d’initiation organisés avant le colloque. En se fondant sur les résultats d’un processus d’évaluation par les pairs (peer review) et afin d’élaborer un programme équilibré et varié, conformément à sa mission, le comité de programmation se réserve le droit de proposer une sélection dans une catégorie autre que celle initialement suggérée et, en règle générale, n’acceptera pas plusieurs propositions émanant d’un même auteur ou d’un même groupe d’auteurs. Les langues des présentations et des posters peuvent être les suivantes : allemand, anglais, espagnol, français et italien.

1. Posters

Les propositions de posters (500 à 750 mots) peuvent décrire des travaux portant sur tout sujet pertinent, présenter un projet ou faire la démonstration d’un logiciel. Les posters et les démonstrations sont conçus comme des occasions d’interaction donnant la possibilité d’échanger individuellement des idées avec les participants. Outre la séance spécialement prévue, durant laquelle les auteurs exposent leurs travaux et répondent aux questions qui leur sont posées, les posters seront affichés à divers moments du colloque.

2. Présentations courtes

Les propositions de présentations courtes (750 à 1.500 mots) permettent particulièrement bien de rendre compte d’expériences et de travaux en cours ou de décrire des outils récents et des logiciels encore en développement. Cette catégorie de présentations regroupe en une seule séance jusqu’à cinq interventions, dont la durée est strictement limitée à 10 minutes, afin de réserver un temps aux questions du public.

3. Présentations longues

Les propositions de présentations longues (750 à 1.500 mots) permettent particulièrement bien de présenter des recherches substantielles, achevées et non encore publiées ; de rendre compte de l’élaboration de méthodes ou de ressources numériques importantes ; de mener avec rigueur des discussions d’une nature théorique, spéculative ou critique. Chaque intervention sera composée de 20 minutes de présentation et 10 minutes de questions.

Les propositions portant sur le développement de nouvelles méthodologies informatiques ou l’élaboration de nouvelles ressources numériques devront préciser de quelle manière ces méthodes s’appliquent à la recherche ou à l’enseignement dans le domaine des sciences humaines et sociales, ce qu’elles ont changé à la façon de formuler ou de traiter les problèmes posés par la recherche ; ces propositions comporteront une évaluation critique de leur application aux sciences humaines et sociales. Les exposés se concentrant sur un outil particulier ou une ressource numérique particulière devront mentionner les approches traditionnelles du problème considéré aussi bien que les approches informatiques ; ils comporteront une évaluation critique des méthodes informatiques utilisées. Toutes les propositions devront se référer d’une façon pertinente aux travaux antérieurement publiés sur le sujet.

4. Séances multiples

Il s’agit de séances de 90 minutes qui soit rassemblent de quatre à six intervenants pour une table ronde (« panel »), soit regroupent trois présentations longues consacrées à un même thème. Les organisateurs de tables rondes devront soumettre un résumé de 750 à 1.500 mots indiquant le sujet de la séance, de quelle manière elle sera organisée et les noms de tous les intervenants ; ce résumé précisera que chacun des intervenants a accepté de participer. Les organisateurs de séances thématiques devront soumettre un texte de 500 mots environ décrivant le sujet de la séance, accompagné d’un résumé de 750 à 1.500 mots pour chaque présentation ; ils devront préciser que chacun des auteurs a accepté de participer. Les présentations qui sont proposées dans le cadre d’une séance spéciale ne peuvent pas faire l’objet d’une proposition indépendante sous une autre catégorie.

5. Ateliers et séances d’initiation organisés avant le colloque

Les participants des ateliers et des séances d’initiation devront s’inscrire à l’ensemble du colloque et auront à s’acquitter d’une faible contribution supplémentaire. Les séances d’initiation sont habituellement des introductions denses à des techniques spécifiques, à des packages de logiciels ou à des approches théoriques et sont conduites par un nombre réduit d’instructeurs. Les propositions d’ateliers peuvent prendre diverses formes ; il peut s’agir notamment de séances réunissant tout un ensemble d’intervenants et de présentations, ou encore de séances nécessitant un appel à propositions indépendant sur la base duquel les organisateurs sélectionnent des contributions.

Les propositions devront fournir les informations suivantes :

  • titre et brève description du contenu ou du sujet, ainsi que de son intérêt pour la communauté des humanités numériques (1.500 mots au plus) ;
  • informations complètes permettant de joindre tous les instructeurs des séances d’initiation ou les animateurs des ateliers, accompagnées d’un texte résumant en un paragraphe leurs orientations de recherche et leurs domaines d’expertise ;
  • description du public visé et nombre de participants souhaité (si possible évalué d’après des expériences antérieures) ;
  • tout besoin logistique ou technique particulier.

En outre, les propositions de séances d’initiation devront comporter :

  • un aperçu du programme montrant que l’essentiel du contenu peut être couvert en une demi-journée (soit environ 3 heures, sans compter la durée des pauses). Dans certains cas exceptionnels, des séances d’initiation durant une journée entière pourront être envisagées.

Quant aux propositions d’ateliers, elles devront indiquer :

  • la durée et le format prévus (une demi-journée au moins, une journée et demie au plus) ;
  • le budget prévisionnel (les ateliers en humanités numériques sont tenus de pourvoir eux-mêmes à leur financement) ;
  • si l’atelier doit faire l’objet d’un appel à participation indépendant, une date limite de soumission des candidatures, la date de sélection des propositions et la liste des personnes ayant accepté de faire partie du comité de programmation de l’atelier.

Les ateliers soutenus par un groupe d’intérêt spécial (SIG) et centrés sur un sujet en rapport avec ce groupe doivent respecter les mêmes consignes que les autres ateliers, mais les responsables de la proposition doivent également prendre note des points suivants :

  • ils doivent avoir le soutien écrit d’un SIG ;
  • la date limite de soumission est fixée plus tôt (voir ci-dessus).

III. Lieu et thème du colloque

DH2016 aura lieu à Cracovie (Kraków), en Pologne. C’est la seconde fois seulement (après Debrecen en 1998) que notre colloque se tient en Europe centrale ou en Europe de l’Est. Le riche passé et la rapide croissance de cette région du monde ont suggéré le thème « Identités numériques : le passé et l’avenir ».

Le colloque est accueilli conjointement par l’Université jagelonne et l’Université pédagogique de Cracovie. Leur collaboration manifeste la vigueur du mouvement des humanités numériques qui se développe actuellement dans la capitale universitaire et culturelle de la Pologne.

IV. Bourses à destination des jeunes chercheurs

L’Alliance of Digital Humanities Organizations proposera un certain nombre de bourses destinées à des chercheurs en début de carrière qui présenteront leurs travaux durant le colloque. Les modalités de candidature seront publiées ultérieurement sur le site d’ADHO : http://www.digitalhumanities.org/.

V. Comité international de programmation

Président : Manfred Thaller
Vice-présidente : Diane Jakacki (CSDH/SCHN)

Michael Eberle-Sinatra (CSDH/SCHN)
Jennifer Guiliano (ACH)
Brett D. Hirsch (aaDH)
Leif Isaksen (EADH)
Asanobu Kitamoto (JADH)
Inna Kizhner (centerNet)
Maurizio Lana (EADH)
Kiyonori Nagasaki (JADH)
Roopika Risam (ACH)
Glenn Roe (aaDH)
Sinai Rusinek (centerNet)

Présidente sortante : Deb Verhoeven (aaDH)


Version française (2015-08-11) : Aurélien Berra, pour Humanistica